Hommes entre œufs / Femmes entre ailes

15.50
1 of 2

HOMMES ENTRE OEUFS
En un jeu de mots capable de provoquer l’épectase chez Roland Barthes, "Hommes entre œufs" évoque à la fois la métaphore sexuelle la plus répandue au monde, qui associe testicules et oeufs, et le thème artistique de l’homoérotisme.

Archéologue détraqué, Lecointre exhume des fragments d’images jetées et oubliées, pour mettre au jour l’obscur objet du désir. Le sexe masculin apparaît ici dans tous ses états, de l’obélisque dressé vers le ciel à la baleine échouée sur le sable.
Et voilà le bon docteur Freud à la fête ! Calembours et associations d’idées se télescopent au pays merveilleux de Jean Boullet et Tom of Finland. De l’homme dauphin au paysan et son gros outil, en route vers un coït tellurique, ces collages délirants et grinçants, fantastiques et satiriques, revisitent et subvertissent l’imagerie homosexuelle.

On y retrouve le goût de l’artiste pour cette frontière mouvante et incertaine qui, dans les contes et légendes, rapproche animalité et humanité. Il avait en 1987 créé, pour la pochette d’un disque d’Indochine, un lézard en costume croisé, avant de réécrire l’Odyssée, à grand renfort de sirènes, de centaures et de chevaux ailés.
Ses créatures énigmatiques, femmes-banquises, souris-anesthésistes et hommes-kangourous, à mi-chemin entre les films d’horreur de la Hammer et les compositions oniriques de Neo Rauch, nous rappellent la nature organique de la sexualité humaine.

FEMMES ENTRE AILES
En un jeu de mots capable de provoquer un orgasme chez Jacques Lacan, "Femmes entre ailes" suggère à la fois le fantasme masculin, exploité par la peinture, le cinéma ou la littérature de gare et d’ailleurs, et la femme oiseau, qui, de la sirène grecque à la grue cendrée des contes japonais, hante la mythologie.
Moderne docteur Moreau, Jean Lecointre dissèque d’un scalpel affûté journaux et revues glanés dans les vide-greniers et les brocantes, pour fabriquer des monstres de papier. Chargés de références psychanalytiques, ses composites nous précipitent dans un univers étrange, obsédant, dont l’ambiance évoque le calendrier des postes revu et corrigé par David Lynch.

Un corps de femme enchâssé dans une statuette africaine et on pense aux photos sado-masochistes de Man Ray, à la femme poisson de Magritte, aux poupées de Bellmer, aux femmes-tiroirs de Dali. Les surréalistes aimaient à ligoter, découper, amputer le corps féminin. Et le coup de rasoir de Lecointre vaut bien celui de Bunuel.

Mais ses créatures semblent inabouties, inachevées, ébauches peu viables tombées des mains d’un démiurge lubrique. Quel sort attend la femme-autruche, qui se cache la tête dans le sable ?

• Jean Lecointre
• Collection Pierre
• 48 pages en couleur
• 17 x 24 cm
• Couverture souple

  • Hommes entre œufs
    15 available 100%
  • Femmes entre ailes
    15 available 100%